2013-09-25-octobre-rose

 

Il y a quelques temps, Jean-François, un ami que j'apprécie beaucoup, a publie sur son mur facebook un message qui m'a particulièrement touché puisqu'il parlait de la lutte contre le cancer du sein, dans le cadre d'octobre rose.

Voici son texte, tel quel, je n'ai pas changé un mot.

 

Soyons Cheyennes,
et arborons nos peintures de fierté, afin de dire que rien ne nous brise.
Soyons Cheyennes,
et saisissons les mains, épongeons les fronts, apaisons les douleurs.
Soyons Cheyennes.
aux carquois bardés d'espoirs et aux regards ciblant la victoire.
Soyons Cheyennes,
sur nos joues sont dessinés des traits d’union avec ce qui a été et ce qui se bat.
Dans la perte ou la tristesse, dans la force ou la caresse, dans les doigts qui s'entrecroisent,
Amazones, enfants, femmes, hommes, pères et mères, frères et sœurs
Que nous luttions, que nous accompagnions,
Voici ce que nous sommes,
Des Cheyennes.
Ensemble. Debout." 
Page Facebook : https://www.facebook.com/soyonscheyennes
Appel aux dons : https://collecte.gustaveroussy.fr/emilie.deville.1
Suivez nous sur Twitter : https://twitter.com/SoyonsCheyennes
Instagram : ‪#‎soyonscheyennes‬
Photos d' Emilie Deville
Texte de Lilian Lloyd
Soyons Cheyennes
Page officielle du projet "Soyons Cheyennes" d'Emilie Deville & Lilian Lloyd, dans le cadre d'octobre Rose, pour la Lutte contre le Cancer.

 

Je vous présente Jean-François: 

Jeff

 

 

Ma mère, qui a été touchée par cette saleté de maladie et qui est aujourd'hui en rémission mais avec néanmoins une épée de Damoclès en permanence au dessus de la tête, et moi même, avons joué le jeu, pour toutes les femmes qui ont été, qui sont et qui seront touchées. Et pour mon amie Céline dite Doudou qui est partie beaucoup trop tôt en laissant 2 loulous beaucoup trop jeunes pour apprendre à vivre sans leur maman.

 20151004_184330

 

A vous de jouer, d'être cheyenne ou de de vous investir d'une façon ou d'une autre dans cette lutte. Malheureusement personne n'est à l'abri.

En juin je n'ai pas pu courir la course de la Colombière, le week-end dernier, je n'ai pas pu marcher la Chalonnaise, je dois aussi penser à ma santé, mais devenir cheyenne, ça je peux le faire. Et je continuerais à insister auprès de chaque femme de mon entourage à se faire dépister.